Skip to main content

L’institut Panos Grands Lacs (IPGL) en collaboration avec le Réseau des Radios Communautaires au Rwanda (RCRN), a entamé, ce lundi 12 juin, une formation de deux jours, destinée à 25 rédacteurs en chef sur la couverture de la présidentielle du 04 août 2017.

Pendant deux jours, du 12 au 13 juin 2017, les rédacteurs en chef des différents médias au Rwanda, sont réunis au Centre St. Vincent Pallotti à Kigali pour une formation organisée par l’IPGL conjointement avec RCRN sur la couverture de la présidentielle au Rwanda du 04 août 2017.
Pendant les cérémonies d’ouverture, le Secrétaire Exécutif du Haut Conseil des Médias (Média High Council), Peacemaker Mbungiramihigo a montré le rôle prépondérant des rédacteurs en chef pour la bonne marche de leurs médias respectifs et pour la définition des articles et  émissions de qualité en rapport avec la présidentielle d’août 2017, lesquelles productions sont les œuvres des journalistes. ″Les Rwandais s’attendent aux productions de qualité en rapport avec la présidentielle d’août 2017. Les Rédacteurs en Chef sont appelés à avoir une orientation responsable envers les journalistes qu’ils dirigent pendant la production de leurs articles et émission durant cette période électorale″, a-t-il montré la finalité et l’urgence de cette formation des rédacteurs en chef.
Peacemaker a sollicité tous les médias d’œuvrer en synergie pour une bonne couverture de l’élection présidentielle. ″La synergie n’est doit pas être une exclusivité des  stations radio,  mais de tous les médias″, a-t-il invité la presse écrite et les médias en ligne d’œuvrer  de concert en termes de la synergie.
Le Directeur Général de l’IPGL Cyprien Ndikumana, après avoir adressé ses remerciements à tous les participants pour avoir répondu à l’atelier, a salué la Commission Européenne qui, à travers l’IPGL, a financé le projet ELMS qui vise à accompagner le processus démocratique au Rwanda par la promotion d’une information impartiale, pluraliste et rigoureuse au service d’une gouvernance démocratique.
Il a indiqué que cette formation rentre dans le cadre de la professionnalisation des acteurs médiatiques, avec l’objectif d’améliorer les connaissances des rédacteurs en chefs et des journalistes politiques sur la thématique des élections en renforçant leurs capacités dans la couverture professionnelle des élections et la réalisation des productions de qualité sur le processus électoral.
Le rôle des médias pendant la période électorale
Cyprien Ndikumana a poursuivi son allocution en insistant sur le rôle  précieux que jouent les médias  pendant les mois où le scrutin se prépare, mais le moment où leur action est plus importante et observée de près, c’est celle de la campagne électorale.
″Durant la campagne, les médias sont les plus fortement sollicités par les candidats et partis politiques, puisqu’ils constituent, avec les meetings et ″le porte-à-porte″, un des vecteurs privilégiés de communication des candidats″, a-t-il martelé. A ce stade, a-il-t ajouté,  ″Les médias ont, non seulement l’obligation de donner la parole à tous les partis politiques et candidats indépendants,  mais doivent également veiller à ne pas être d’une part, de simples courroies de transmission de leur propagande et d’autre part, à apporter un traitement équitable à l’ensemble des acteurs en compétition. Ils doivent non seulement présenter les programmes des différents compétiteurs, mais aussi cerner les enjeux et défis qui  sont au centre de la campagne et souligner les solutions proposées aux suffrages des électeurs″.
La couverture de la présidentielle au Rwanda  en synergie a été aussi un autre point important de son allocution. Il a rappelé la formation des journalistes, une semaine plutôt, sur les principes de la couverture  en synergie, en vue de se préparer à la présidentielle. ″La synergie a toujours été très utile à l’administration électorale, facilitant la communication entre la Commission Electoral Nationale (NEC) et les électeurs au jour du scrutin. Les commissions électorales en font un usage maximal pour diffuser ses instructions ou mettre un terme sur-le-champ certaines irrégularités. Elle permet de mutualiser  les moyens et permettre la couverture de tout le pays″.
Après la formation de ces rédacteurs en chefs, les journalistes responsables de la rubrique politiques seront conviés à une telle formation du 14 au 16 juin 2017.
Le Directeur Général de l’IPGL Cyprien Ndikumana a demandé aux rédacteurs en chef  à ne servir au public qu’une information vérifiée, recoupée avec des sources différentes, pour ne pas donner libre court à la rumeur dont les effets négatifs se déversent sur la population.
Safari Byuma Alphonse
Chargé de Communication/ IPGL