Skip to main content

Lors des cérémonies d’ouverture de la formation de 25 journalistes responsables de la rubrique politique par l’Institut Panos Grands Lacs (IPGL) au centre St Vincent Pallotti, ce 14 juin à Kigali, le Secrétaire Exécutif du Haut Conseil des Médias (MHC), Peacemaker Mbungiramihigo, a promis aux médias rwandais tout appuis financier ou formatif  disponible afin  de leur permettre de s’acquitter de leurs attributions pendant cette période  des élections présidentielles.
Le Secrétaire Exécutif du HCM, Peacemaker Mbungiramihigo, a assuré aux médias rwandais l’appui financier et formatif afin de leur permettre de s’acquitter de leurs attributions. C’est à l’occasion de l’ouverture officielle d’une formation de trois jours du 14 au 16 juin des journalistes responsables de la rubrique politique issus principalement des médias électroniques et ceux en ligne, organisée par l’Institut Panos Grands Lacs avec le soutien financier de la commission européenne.
Il a indiqué que cette formation vient à point nommé, car le Rwanda se prépare à la présidentielle d’août 2017 et que les citoyens rwandais doivent être informés sur la vie politique de leur pays  à travers  les médias.
Le Directeur Général de l’Institut Panos Grands Lacs (IPGL), Cyprien Ndikumana a  quant à lui rappelé la responsabilité des journalistes dans  leurs activités quotidiennes. En effet, il leur a mentionné que ″Les médias ont, non seulement l’obligation de donner la parole à tous les partis politiques et candidats indépendants,  mais doivent également veiller à ne pas être d’une part, de simples courroies de transmission de leur propagande et d’autre part, à apporter un traitement équitable à l’ensemble des acteurs en compétition. Ils doivent non seulement présenter les programmes des différents compétiteurs, mais aussi cerner les enjeux et défis qui  sont au centre de la campagne et souligner les solutions proposées aux suffrages des électeurs″.
Il a exhorté les médias à ne servir au public qu’une information vérifiée, recoupée avec des sources différentes, pour ne pas donner libre cours à la rumeur dont les effets négatifs se déversent sur la population.
Safari Byuma Alphonse
Chargé de Communication/ IPGL